dimanche 17 avril 2016

Wave


Le matin du 26 décembre 2004, un tsunami frappe l’Océan indien. Sonali Deraniyagala, en vacances au Sri Lanka, son pays natal, en réchappe miraculeusement. Mais, de sa famille, elle est la seule. La vague lui a pris ses parents, son mari et ses deux petits garçons. Wave raconte l’histoire de ce jour, où elle a tout perdu, et de tous ceux qui ont suivi. Les mois, les années lorsque l’insupportable déchirement du souvenir succède aux premiers moments d’horreur. La matière de ce livre, c’est la peine impalpable, indescriptible de la narratrice. Sonali Deraniyagala réussit un récit poétique, sans concession et incroyablement digne sur comment survivre à l’inimaginable.



J’ai pu découvrir ce livre grâce à une Masse Critique de Babelio ainsi qu’aux Editions Kero que je remercie !
J’ai été soufflé par le témoignage de Sonali Deraniyagala, j’avoue qu’au début, je ne pensais pas être aussi captivée par ce livre.
A travers son témoignage, on sent sa douleur, son incompréhension, le refus de se souvenir, etc…
A travers ses mots, on apprend à la connaitre, à connaitre son mari et ses deux petits garçons.
Son témoignage passe par toutes les étapes du deuil : le déni, la colère, etc…
Vous l’aurez compris, j’ai été charmé par la plume de Sonali Deraniyagala, les pages se tournent toutes seules, j’ai eu souvent l’impression que je ne « pouvais » pas déposer le livre car ma vie en dépendait!
Bref, Wave vous fera passer par plein d’émotions et il fera partie de mes meilleures lectures de 2014!







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire